Un Handi’Chien pour cheminer dans la vie !

Publié dans Blog.

C’était AVANT…. Myriam exerçait alors en tant que psychologue.
DESORMAIS, Myriam, est contrainte à devoir se déplacer en fauteuil.
Elle bénéficie à ce titre des services d’un chien Handi’Chien.

Dans cet article touchant, elle présente son expérience sous 2 angles :

  • une analyse en tant que psychologue de la relation entre, d’une part  « personne valide/personne en situation de handicap », et d’autre part  « personne en situation de handicap/chien Handi’Chien »
  • ,
  • Son témoignage personnel en tant que personne en situation de handicap bénéficiant d’un Handi’Chien.


« Au niveau social une personne porteuse d’un handicap est mal perçue par la société. En effet, en raison d’un manque d’information sur le handicap et d’une situation de vie de plus en plus difficile, la majorité de la population a une attitude indifférente vis-à-vis du handicap (inquiétude face à la différence). De ce fait, la personne handicapée peut se sentir exclue de la société.

    Le chien, lui, ne va pas tenir compte du handicap. Il va accepter le handicap et considérer la personne « porteuse d’un handicap » comme « valide ». Cette acceptation valorise la personne et augmente la confiance en soi.
Les réactions de la société et du monde animal sont très différentes. L’animal ne juge pas, ce comportement est favorable à une personne handicapée qui peut éviter une dépression (face à une société qui a des difficultés à comprendre le handicap).
    
Les rencontres « valide/personne handicapée » sont parfois difficiles en raison des éléments cités plus hauts. Dans cette situation, l’Handi’Chien va avoir un rôle de médiateur, lors des sorties.

La personne valide ne peut s’identifier à une personne marquée par la maladie; de son côté la personne handicapée ressent ce malaise et par un jeu de miroir ce phénomène va s’accentuer. La communication sera difficile voire impossible.
Il sera plus facile pour une personne de s’identifier à une personne qui promène son chien : ainsi la communication pourra se mettre en place.
Par ailleurs, la personne handicapée avec son chien sera en confiance car à 2 il est plus facile d’affronter l’avenir; ainsi les rencontres seront plus aisées.
Peu à peu le fauteuil s’estompe pour faire place à l’Handi’Chien.
    
Les personnes rencontrées sont en admiration devant les compétences de l’Handi’Chien. Beaucoup de personnes aimeraient posséder ce chien bien éduqué et prêt à rendre service. Ces personnes sont envieuses, ces personnes envient une personne handicapée !
Cet état d’esprit valorise la personne à mobilité réduite et développe la confiance en soi. Elle a une image plus positive d’elle-même, ainsi elle peut participer à des activités et développer la construction de projets.
    
Les personnes handicapées se sentent dépossédés de tout. Certaines personnes ont une action limitée sur leur environnement, elles sont plutôt spectatrices de leur vie. Leur entourage, sans le vouloir, peuvent les priver de leurs biens.

Avec un Handi’Chien, la personne handicapée possède quelque chose, un être vivant. Ce chien est à elle. Cet état de fait peut déclencher l’envie d’avoir d’autres éléments et de repartir à la conquête de son environnement.

Je tiens aussi à préciser que «posséder» c’est exister.

Je m’appelle Myriam Guibbert je suis psychologue (pas en activité) et porteuse d’un handicap qui nécessite l’utilisation d’un fauteuil roulant.
Cet écrit représente ce que je ressens et mes impressions, l’association Handi’Chiens m’ayant  confié Jersey (labrador femelle de couleur noire, 3 ans), après Caline (labrador femelle sable, 9 ans, jeune retraitée).»

Dans un second temps, Myriam nous parle de cette relation exceptionnelle qui s’est tissée avec Caline, labrador Handi’Chien, retraitée depuis peu, qui l’a accompagnée pendant plusieurs années.

LabradorJerseyCaline

« En tant que personne en situation de Handicap, je me sens vulnérable, isolée et dépossédée de tout … »

« L’arrivée d’un Handi’Chien est comme une libération. En effet, je ne suis plus seule, ma chienne éclaire ma route. Ma chienne est là, bien à moi. Elle me soutient, me réconforte face à l’avenir et la société et me donne envie de me projeter.
Cet être est à moi, elle fait partie de moi, c’est en fait un prolongement de moi.
Elle m’accompagne tous les jours, elle me complète à tel point qu’elle m’est indispensable. Elle fait ce que je ne peux faire. Je ne conçois pas ma vie sans elle.
Son amour inconditionnel impressionne. Les Autres m’envient. Moi qui suis une personne handicapée je suis capable de susciter l’envie. C’est merveilleux et valorisant !
J’ai parfois l’impression qu’elle m’aime plus qu’elle ne s’aime elle même. En fait, entre nous c’est une histoire de confiance. Je prends soin d’elle : en contre partie elle m’assiste dans le quotidien en me ramassant des objets (par exemple). Elle me fait confiance dans une société égoïste qui me regarde à peine.
Je compte, je suis importante pour cet être vivant (autre que ma famille).
Avec elle je peux cheminer dans la vie ! »

Myriam GUIBBERT

Réseaux sociaux

facebooktwitterrss